Union Européenne

Réalisations

Retour à la liste

Place Simon-Goulart

Genève ()

Aménagement extérieur

Place Simon-Goulart

Année de livraison :

2013

Surface de plancher (en m2) :

100

Coût total (en € HT) :

175 000

Maître d'ouvrage :

Ville de Genève - Département des constructions et de l'aménagement

Maître d'oeuvre :

Atelier Descombes Rampini SA - Genève

Entreprise(s) lots bois :

Atelier Bois SARL - Genève

Utilisation du douglas :

Plateforme, banquettes et tables en bois Douglas raboté et poncé pour le mobilier. 

Place Simon-Goulart

Descriptif :

Notice architecturale

Située dans le quartier de Saint-Gervais, l’un des plus anciens de Genève, la place Simon- Goulart est sise entre le temple de Saint-Gervais, des immeubles d’habitation, deux écoles et des commerces. Les vestiges archéologiques mis à jour sous le temple ont fourni d’importantes indications sur l’urbanisation de ce faubourg à partir de l’époque romaine. Mais c’est au XVe siècle que l’agglomération se développe le long des rues du Temple et des Corps-Saints, extension qui s’accompagne de la reconstruction de l’église, dans un style gothique tardif. Dès 1850, à la démolition des fortifications qui enserrent Genève, le quartier s’intègre complètement à la ville. Entre 1918 et 1943, il fait l’objet de plusieurs projets d’ensemble prévoyant une totale reconstruction du faubourg. Dans les années 1950, une opération d’ensemble est menée et un projet d’aménagement des rues Cornavin et des Terreaux--Temple est réalisé. La place Simon-Goulart est créée en 1956 et, depuis 1962, est occupée par une aire de stationnement. Afin de réhabiliter cet espace de lui redonner un usage piéton qui était le sien à l’origine, la Ville de Genève a organisé un concours sous forme de mandat d’études parallèles en 2003.
Le périmètre d’aménagement concerné s’étend du temple de Saint-Gervais au carrefour des 22-Cantons. La rue de Cornavin a été réaménagée dans le cadre du chantier du tram Cornavin-Onex-Bernex en 2011.

 

Descriptif technique

La nouvelle place se présente sous la forme d’une sorte de square, permettant d’organiser en son centre des marchés et événements festifs et laissant un vaste espace libre de jeux et de rencontre pour les enfants et les adultes du quartier. Le cœur de la place est souligné par une dalle rectangulaire en béton teinté dans la masse en anthracite, agrémentée d’une fontaine circulaire en béton blanc. . La fontaine ancienne située en pied de façade a été conservée. Le long de la rue des Terreaux-du-Temple, en bordure de la place, une haie végétale semi- persistante protège la place du contact visuel avec la circulation et une longue plateforme en bois accueille une table de banquet et de larges banquettes offrant une grande variété de postures.. Cinq Ormes et un Charme-Houblon ont remplacé l’ancien alignement d’Erables et ont été plantés dans des conditions optimales – une fosse continue de terre végétale équipée d’un arrosage automatique - pour assurer leur pérennité. Un muret en béton, teinté également en anthracite et servant de banquette, borde le côté nord-est de la place. Autour du temple de Saint-Gervais, un parvis a été entièrement créé, offrant un dégagement des entrées et restituant une valeur patrimoniale à ce bâtiment classé monument historique. Il a été réalisé en pierres de calcaire blanches de grandes dimensions. Une légère différence de niveau entre le parvis et la rue Vallin permet de distinguer les deux espaces. Deux ormes ont été plantés devant le temple. Dans une volonté de de mettre en rapport un ensemble d’éléments bâtis historiquement disparates, la totalité des revêtements de sol adjacents à la place et au temple a été réalisée de façon homogène, en chape ciment du type trottoir genevois. Le trottoir arboré de la rue des Terreaux-du-Temple a été élargi afin de protéger les têtes des marquises du bâtiment érigé par Marc-Joseph Saugey, régulièrement endommagées par les manœuvres des camions de livraison. Les six Charmes devant cet immeuble ont été conservés et des grilles ont été installées à leurs pieds. L’éclairage public a été rénové afin d’éclairer mieux tout en consommant moins. Si les types de luminaires ont été changés, le principe d’accrochage des points lumineux sur les façades a été conservé. Le long platelage en bois est souligné d’un lustre et le Temple mis en lumière. Un grand lustre installé à l’aplomb du plancher éclaire l’espace central de la place de façon homogène tout en le distinguant des voiries adjacentes. Les façades, le clocher et les entrées du temple sont mis en valeur par un éclairage doux et feutré, l’édifice devenant la toile de fond de la place. La rue Vallin a été transformée en zone de rencontre, sur le tronçon situé entre la rue des Terreaux-du-Temple et la rue des Corps-Saints, avec un revêtement de façade à façade.
Des travaux ont été réalisés à cet endroit pour remettre à neuf un collecteur vétuste et installer un centre de tri des déchets composé de quatre bennes enterrées. Des fouilles archéologiques avaient déjà été effectuées dans les années 1990 sous le temple de Saint-Gervais. Elles avaient révélé la présence d’un grand sanctuaire de l’époque romaine, qui comprenait plusieurs temples. La place Simon-Goulart se situe à la périphérie de ce sanctuaire. Le chantier de réaménagement a mis au jour une série de fosses qui étaient utilisées pour le dépôt de mobilier (céramiques, ossements d’animaux, objets en bronze) dans le cadre de pratiques rituelles. L’une d’elles contenait également un mégalithe, qui atteste de la présence d’un lieu de culte de l’époque préhistorique (néolithique ou âge du bronze) à cet endroit et de la permanence d’une partie de ses structures jusqu’au début de l’époque romaine. Le mégalithe trouvé a été placé sur le parvis du Temple. Les vestiges d’un atelier de forgeron, datant du Ier siècle après J.-C. ont également été retrouvés, ainsi que les fondations d’un bâtiment de forme carrée. Ce dernier était peut-être un autre temple de l’époque romaine, qui aurait également appartenu au sanctuaire. Enfin, un fossé datant du Haut Moyen-Age ou du début du Moyen-Age et faisant probablement partie d’un système défensif, occupait une grande partie de la surface fouillée. Un espace de détente au cœur d’un quartier dense. Le quartier de Saint-Gervais, situé dans l’hyper-centre, est pauvre en espaces verts et de détente. Il est de surcroît densément construit.
Le réaménagement de la place Simon-Goulart a redonné à ce lieu son rôle d’espace public, de respiration et de détente qui était le sien à sa création, tout en mettant en valeur les bâtiments qui l’entourent. Le temple de Saint-Gervais est désormais intégré dans un site digne de ses qualités patrimoniales.