Union Européenne

Réalisations

Retour à la liste

Tour d'arrivée du pôle nautique

Libourne (33)

Loisirs

Tour d'arrivée du pôle nautique

Année de livraison :

2012

Surface de plancher (en m2) :

104

Coût total (en € HT) :

407 000

Maître d'ouvrage :

Ville de Libourne (33)

Maître d'oeuvre :

Eric Wirth Architecte - Latresne (33)

Bureau d'étude bois :

CETAB - Bordeaux (33)

Entreprise(s) lots bois :

MCE Perchalec - Blanquefort (33)

Utilisation du douglas :

Structure (madriers en bois lamellé-collé de douglas, purgé d'aubier), revêtement extérieur (lame bois massif). 

Tour d'arrivée du pôle nautique

Descriptif :

Notice architecturale

Le site : une ligne d'eau qui réfléchit une mince bande de terre, avec des arbres en arrière-plan. La question qui se posait était comment faire émerger dans ce paysage un bâtiment sans rompre l'harmonie du site. La réponse, à notre sens, se trouvait dans la nature et le site lui-même, où les roseaux émergent de la surface de l'eau …, tout comme des pilotis imposés par le classement du site en zone rouge du PPRI. Aussi, comme celui de la rousserolle, le concept d'un nid accroché aux roseaux s'imposa pour la Tour d'arrivée. Sa peau en bardage de bois, sa forme et sa géométrie évoquent un nid qui prend la patine du temps : les volumes s'organisent de manière faussement aléatoire sous une résille cintrée rythmée par les madriers en bois, qui se retournent côté bassin pour former un large auvent protecteur. L'ensemble confère au bâtiment une allure légère et aérée.

 

Descriptif technique

Réalisation d'un bardage en lames de bois bouvetées composé de : Ossature en Sapin ou pin sylvestre de classe B5 suivant cahier 124 du FCBA :

- Traitement classe 3 en autoclave vide-pression estampillé CTB B+

- Traverses horizontales fixées sur mur et montants verticaux (croisement pour éviter pont thermique)

- Entraxe: 60cm


Lames pour bardage en douglas purgé d'aubier :

- Choix 1 suivant cahiers 124 et 128 du FCBA (avec nœuds adhérents 10 mm maxi )

- Lames à coupes droites bouvetées avec joint creux entre lames, avec rainure et languettes,

- Recouvrement 20 mm minimum

- Épaisseur minimale 19 mm, Largeur des lames 140 mm

Fourniture et pose de madriers sur structure acier : Madriers en bois lamellé-collé de douglas, purgé d'aubier

- Section 72 x 227

- Délardage pour embrèvement par-dessus des pattes de fixation, avec rainurage 5 x 5mm pour guidage goutte d'eau

 

Le concept :

Lorsqu’on regarde l’appendice terrestre appelé à recevoir la Tour d’arrivée depuis la jetée de la plage au Sud, on n’a envie de ne voir que ce qui existe actuellement : une ligne d’eau qui réfléchit une mince bande de terre, avec des arbres en arrière-plan. La question qui se pose est comment faire émerger dans ce paysage un bâtiment sans rompre l’harmonie du site. La réponse, à notre sens, se trouve dans la nature et le site lui-même, où les roseaux émergent de la surface de l’eau …, tout comme des pilotis imposés par le classement du site en zone rouge du PPRI. Aussi, comme celui de la rousserolle, le concept d’un nid accroché aux roseaux s’impose pour la Tour d’arrivée. Sa peau, sa forme et sa géométrie évoquent un nid qui prend la patine du temps : les volumes s’organisent de manière faussement aléatoire sous une résille cintrée rythmée par les madriers en bois, qui se retournent côté bassin pour former un large auvent protecteur. L’ensemble confère au bâtiment une allure légère et aérée.

Le projet se développe sur 4 niveaux. Le niveau 0,00 est celui du terrain naturel. Les contraintes d’inondabilité interdisent toute réalisation de locaux. L’ensemble de ce rez-de-chaussée est donc dégagé, et rythmé par les pilotis en béton et les circulations verticales en acier galvanisé. Leur accès est protégé par des parois en métal déployé en acier galvanisé, qui laissent passer le regard et n’empêchent pas l’écoulement des eaux éventuelles.

Le premier niveau est occupé par la salle des juges et les sanitaires. Une terrasse panoramique permet de profiter de l’exceptionnelle vue.

Les deux niveaux supérieurs sont réservés à la gestion des courses. Le niveau le plus haut a été calé en fonction de l’angle incident minimal de 8° vers l’axe du bassin, imposé pour les courses de canoë-kayak (6° pour les courses d’aviron). Ce niveau, au-dessus de la salle de gestion de course, reçoit la caméra finish et les commentateurs.

Les juges prennent place sur des gradins amovibles en bois et bénéficient d’une large vision panoramique sur le bassin, et, bien entendu, sur la ligne d’arrivée.

Le Centre nautique est essentiellement composé de grands volumes, pour stocker, réparer, préparer les embarcations. On pourrait le résumer à un grand hangar.

Là aussi, une question s’est imposée : quelle identité pour le Centre nautique, afin que, justement, il ne ressemble pas à n’importe quel hangar.

La réponse est venue de l’activité sportive elle-même : lorsqu’on visionne une course d’aviron, en vue plongeante, on remarque les traces très géométriques que creusent les bateaux dans l’eau, et qui définissent un tracé. C’est ce tracé qui est utilisé dans le projet pour donner du mouvement à la couverture, dont les changements de pente évoquent par ailleurs les inclinaisons changeantes des avirons dans l’eau. Il permet de définir des lignes de faîtage et des rampants qui renvoient automatiquement les eaux de pluie dans une noue en pente naturelle vers l’exutoire. Cet origami, généré en couverture, anime les façades.

Le bardage en bois qui habille les façades principales lie le bâtiment à la Tour d’arrivée pour composer un équipement sportif homogène. Le Centre nautique prend sa place dans le site, en s’appuyant sur les lignes de composition générale, le gymnase, le bassin.

La façade Sud-Ouest, orientée vers le bassin, est rythmée par les travées des garages accessibles par de grandes portes sectionnelles transparentes, qui assurent un large accès pour les bateaux et véhicules.

Le large auvent associé protège les locaux du soleil en été, tout en permettant de profiter des calories gratuites produites par le soleil en position basse en hiver.

La conception des garages sur une trame de 6,00x6,00m permet d’optimiser les surfaces de stockage, éventuellement mutualisables avec le garage à véhicules.

Les châssis de toiture permettent un éclairage naturel permanent, tout en rythmant la sous-face des couvertures, ou la ligne de faitage joue avec les effets de perspective.

Les locaux techniques et de service sont judicieusement situés au droit des aires de manœuvre et de stationnement des véhicules.

Les locaux chauffés sont regroupés côté Est, au droit du gymnase et de ses accès, permettant une synergie de fonctionnement des deux structures.

L’accès « public » est situé sur cette même façade, et bénéficie d’un large auvent.

Les vestiaires-sanitaires sont organisés de manière à pouvoir être utilisés en totale indépendance par rapport au Centre nautique, pour toute autre activité sportive que l’aviron ou le canoë-kayak.

Les locaux médicaux sont idéalement situés à proximité immédiate de l’entrée.

La salle de musculation s’ouvre en façade Nord-Ouest, et profite ainsi de l’apport de lumière sans surchauffe en été. Cet éclairage naturel est complété par des châssis de toiture ouvrants, permettant de ventiler facilement ce local.

De manière générale, l’éclairage naturel est proposé dans l’essentiel des espaces, pour des raisons de confort et d’économie d’énergie.