Union Européenne

Le Douglas

retour au sommaire

3 • Description

Caractéristiques botaniques

Le douglas est un arbre de très grande taille, pouvant dépasser 50 m de hauteur. La cime du douglas est pointue et ne s'aplatit que tardivement.

  • Les branches sont disposées en verticilles, longues et retombantes. L'ensemble du rameau est doux au toucher, très odorant (odeur de citronnelle). Les bourgeons sont nombreux, fusiformes, longs, brun-rouge et luisants. 
  • Les aiguilles du douglas sont fines, aplaties, nettement pectinées et présentent deux bandes blanches à la face inférieure, les pointes sont assez aiguës mais molles et sont d'un vert brillant sur la face supérieure, plus pâles sur la face inférieure. 
  • Les cônes, de 5 cm à 12 cm de long, sont pendants. Ils sont typiques car de longues bractées à 3 pointes dépassent nettement des écailles.
  • Les graines sont triangulaire, de 6 à 8 mm de long et arrivent en maturité à l'automne.
  • L'aspect de l'écorce varie selon l'âge de l'arbre : pour un arbre jeune, elle est mince et lisse, gris-brun, avec la présence de poches de résine ; pour un arbre plus âgé, elle est très épaisse, liégeuse, brune-rougeâtre et écailleuse. Le taux global en volume est proche de 15%.
  • Le bois de douglas a un duramen rose-saumon à brun rougeâtre. Son aubier est plus pâle et nettement différencié. Le grain est grossier et le fil droit.
  • Les cernes du Douglas sont bien marquées, le bois de printemps et le bois d'été sont bien différenciés. La texture, entre 30 et 45 % (rapport entre la largeur du bois final et la largeur totale de cerne) est stable quelques soit la vitesse de croissance, ce qui confère au douglas de bonnes caractéristiques mécaniques.


D’un point de vue microscopique

Comme les autres conifères, le douglas produit un bois constitué essentiellement de trachéides, qui remplissent à la fois le rôle de conduction de la sève et de soutien mécanique. Les trachéides formées au printemps ont des sections plus grosses et des parois plus minces que celles formées en été. Les cernes annuels sont bien visibles, avec un bois d’été souvent large. A l’œil nu, en bois de bout, on peut souvent distinguer trois parties dans un cerne avec une zone de transition entre le bois de printemps, clair et tendre, et le bois d’été, foncé et dur.
Les parois des trachéides portent des épaississements spiralés caractéristiques. Le bois de douglas contient des canaux résinifères longitudinaux surtout situés dans le bois final et des canaux résinifères radiaux à section polygonale inclus dans des rayons ligneux trapus. Les rayons ligneux qui ne contiennent pas de canaux radiaux sont unisériés (larges d’une seule cellule). Ils contiennent du parenchyme radial et de petites trachéides radiales.