Union Européenne

Le Douglas

Retour au sommaire

1 • Origines

Le Douglas est originaire de la côte ouest du continent nord-américain, où sa distribution s’étend sur une bande côtière longue de plus de 2000 km (de la Colombie-Britannique à la Californie).

L’installation de la ressource française de Douglas est le fruit d’un cheminement de deux siècles qui a commencé en 1792 par l’identification du Douglas par un naturaliste britannique, Archibald Menzies, à l’occasion de la mission d’exploration de la côte pacifique du continent nord-américain confiée au capitaine Vancouver.
C’est trente ans plus tard (en 1823) que David Douglas, un jeune écossais passionné de botanique, est chargé par la Société d’horticulture de Londres d’explorer les forêts des futurs États de Washington et de l’Oregon et d’en récolter graines et plants. Il s’acquittera de sa mission avec une telle application qu’il parviendra en quelques années seulement à convaincre la communauté scientifique anglaise de l’intérêt du Douglas auquel son nom sera désormais attaché.
Le Douglas se développera alors rapidement auprès de l’aristocratie européenne (en France et en Allemagne) qui, dans un premier temps, l’adoptera à des fins esthétiques et ornementales dans les parcs et jardins, puis l’expérimentera avec succès en reboisement dans la seconde moitié du XIXe siècle.
Introduit en France en 1842, le douglas a fait l’objet de premiers travaux de reboisement à la fin du XIXème siècle. Ces boisements ont permis d’établir des références qui ont convaincu, un siècle plus tard, le Fonds Forestier National (FFN) de l’adopter à son tour. A partir des années 1965-1970, grâce à son excellente capacité d’adaptation aux territoires de moyenne montagne du centre de la France, le Douglas est progressivement devenu l’essence de reboisement principale du Massif Central.

Aire naturelle du Douglas - U.S. Geological Survey - Digital representation of

Aire naturelle du Douglas - U.S. Geological Survey - Digital representation of "Atlas of United States Trees" by Elbert L. Little, Jr.